LA SCULPTURE DE ADRIAN COSTEA NE SE RAPPORTE A RIEN NI A PERSONN

 

Un jugement étendu de la sculpture de Adrian Costea, que beaucoup découvriront avec étonnement, comporterait deux directions:

La première serait un regard sur la sculpture elle-même, sans considérations de contexte ni de mémoire. La question légitime qui en découle serait alors « que disent les œuvres de Costea en tant que simples produits mentaux et matériels qui se suffisent à eux-mêmes ? »  Vues comme telles, ses œuvres invoquent le monde des formes élémentaires, de la géométrie qui s’est évadé du plan et s’est matérialisé dans l’espace pour rendre accessibles l’harmonie du cosmos, sa musique et ses rythmes primordiaux.

La deuxième serait la perspective dynamique de l’histoire de la sculpture. Dans ce cas nous affirmons qu’Adrian Costea est postbrancusian. Il se situe dans la conclusion du nonfiguratif illustré et consacré par Constantin Brancusi et il clôt ce cycle.  Car Brancusi n’est pas un sculpteur abstrait, comme il a été considéré à tort par beaucoup, mais un sculpteur non-figuratif. De la rhétorique de la forme il a extrait son élément vital, déterminant. Chez Brancusi n’a existé que le noyau pur, l’essence, sans carcasse, dans laquelle la contemplation de l’intériorité devient la fonction primordiale au cœur du mécanisme de compréhension de la forme. Cependant l’artiste reste dans le vivant, si on peut s’exprimer ainsi. Brancusi est un sculpteur de la vie, de ses pulsions majeures, et non pas d’un cosmos glacial et indifférent. Même si des nombreuses connotations cosmogoniques existent dans son œuvre, Brancusi reste fondamentalement un sculpteur des énergies vitales.

Chez Adrian Costea on ne trouve pas cette « dépendance ». Dans sa sculpture on reconnait les éléments constitutifs de l’univers d’avant l’apparition de la vie, d’avant que l’être devienne source de contemplation et repère de la conscience de soi, car l’apparition du monde vivant marque une ère ultérieure, plus tardive, d’un cosmos, disons, neutre, mécanique. Vu ainsi, Adrian Costea possède une connaissance de la forme et une attitude prébrancusienne face au réel, et sa sculpture exprime sans détour cette réalité.

 

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *